Saint-Pierre île de la reunion

  • Nom du maire : Michel FONTAINE
  • Habitants : Les Saint-Pierrois
  • Population : 69 849 Hab.
  • Naissance : 1735
  • Hectare : 9.612
  • Code postal : 97410
  • Région : SUD
Armoirie

Force, Fortune, Chance.
Les armoiries symbolisent la vocation maritime et agricole de la commune avec le voilier et les cannes à sucre. Les clefs de Saint-Pierre ouvrent les portes du sud.

Saint-Pierre est la capitale du Sud. Elle a réussi à garder un charme typiquement créole.

Son hôtel de ville est installé dans un ancien grenier qui date de l'époque de la 'Compagnie des Indes', et vous trouverez en ville un certain nombre de grandes villas créoles. Vous pourrez aussi découvrir le buste de François de Mahy (1830-1906) qui a été plusieurs fois député de Saint-Pierre et a fait partie de plusieurs gouvernements.

C'est une ville particulièrement plaisante et animée (l'activité commerciale y est abondante) et le mélange des ethnies et races y sont encore plus marquantes que dans les autres communes de l'île. La ville compte depuis décembre 98 le deuxième aéroport de l'île et est devenu une des zone touristiques de l'île.

C'est une station balnéaire avec quelques établissement de hautes qualités (comme vous pouvez voir ici) et elle compte une jolie plage,un port de plaisance et un port de pêche à Terre Sainte. Vous trouverez également un des plus beaux temples tamouls de l'île de même qu'une des plus belles mosquées.

Avant 1700, le Sud fut d’abord un « quartier réservé » interdit à la colonisation, avant de susciter des possédants-terriens puis de futurs industriels.

La colonisation et le peuplement de Saint-Pierre ainsi que de sa région sont liés à la culture du caféier et à la production de café destiné au marché français. Le café puis la canne firent d’elle une des régions les plus prospères de l’île. L’agriculture et l’industrie sucrière firent la fortune de Saint -Pierre comme celle de quelques grandes familles.

Dès 1720, de Saint-Paul, se fait une percée à travers bois, jusqu’à la rivière d’Abord. Tout ce que comprenait de gens dynamiques se précipite vers cette nouvelle région et dès 1727, tout le village d’Abord est morcelé.

En 1730, les habitants de d’Abord réclament une église pour leur service. Devant leur insistance, la construction d’une chapelle est décidée sur la rive gauche de la Ravine Blanche. Elle prend le nom de Saint-Pierre, l’un des prénoms du gouverneur de l’époque Pierre-Benoist Dumas. Ouverte le 7 janvier 1932, elle sera desservie par l’abbé Carré, officiant aussi à Saint Louis. Ce dernier deviendra Curé de Saint-Pierre en 1737.

Le 11 mars 1732, le gouverneur Dumas donne l’ordre à Choppy-Desgranges, commandant de dresser le plan de la ville qui formait un damier mais qui resta dans les cartons jusqu’en 1935, date de l’arrivée du gouverneur Mahé de Labourdonnais. A cette époque le quartier d’Abord était un vaste plateau boisé privé d’eau. Malgré ce manque d’eau et la sécheresse, les terres reconnues excellentes, furent concédées, et la partie basse couverte de caféiers. Quelques constructions s’élevèrent et certains bâtiments étaient percés de meurtrières pour parer aux attaques des forbans et des noirs marrons.

Le 16 avril 1736, Gabriel Dejean, Secrétaire du Conseil Supérieur fait planter une grosse roche marqué d’une croix et d’un A, d’où il trace la rue du Commerce (rue Auguste Babet), le long de la rivière jusqu’à la borne B éloignée de 300 gaulettes (1 500 m) de la borne. Puis de A, en allant à la Ravine Blanche, il ouvre une ligne de 448 gaulettes (2 290 m) la rue du Four à Chaux qui s’arrête à 110 pieds de la Ravine Blanche. Des rues de 30 pieds de large (10m) sont ouvertes. Les rues parallèles à la rue du Four à Chaux sont distantes de 50 gaulettes (250m) et les rue parallèles à la rue du Commerce (Auguste Babet) de 25 gaulettes.

Le 8 septembre 1736, le gouverneur Labourdonnais confirme officiellement en Conseil la création du quartier de Saint-Pierre. Gabriel Dejean, Secrétaire du Conseil Supérieur, est nommé Commandant de la nouvelle circonscription. Il préside à la naissance de la ville, lance la construction des magasins de la Compagnie (Hôtel de Ville actuel), du Vieux Gouverneur en même temps que des Marines sont établies à côté du barachois, sur le petit bassin pour le transit des marchandises. En 1751, le site actuel de l’église de Saint-Pierre sera définitivement établi avec la donation de son terrain par Gabriel Dejean, sur le bord de la Rivière d’Abord.

Le 1er août 1790 est crée la commune de Saint-Pierre. Elle est vaste, allant de la Rivière Saint-Etienne à celle des Remparts. En 1818, trois Saint-Pierrois, Frappier de Montbenoît, Augustin Motais se concertent pour mettre au point un projet de dérivation des eaux de la Rivière Saint-Etienne vers Saint-Pierre par un canal situé aux alentours de la cote100 (Bois d’Olive/Ligne Paradis).

En 1825, le Canal Saint-Etienne, long de 17 kilomètres, apporte à la commune l’abondance d’eau qui lui manquait jusqu’alors pour son développement. Elle n’avait auparavant que la source de la Rivière d’Abord pour tout approvisionnement. En 1826, la commune compte 30 229 habitants, soit rien que moins que le tiers de la population totale de l’île. Le plan le plus complet de la ville au milieu du 19ème siècle est celui de Louis Maillard (1857).

La première zone industrielle de Saint-Pierre est créé en 1970. Elle occupe un peu plus de dix hectares à Ravine Blanche.

Histoire de la ville

Les premières concessions sudistes sont accordées en 1719. La Région saint-pierroise est déjà considérée comme à haut potentiel agricole.

Son nom malgache Mahavel, signifie d'ailleurs "pays des vivres". La population se regroupe autour de l'embouchure de la rivière d'Abord et de sa marine propice à l'exportation.

En 1736 est créé le quartier de Saint-Pierre, autour de la ville tracée par le chevalier Banks.

Le canal Saint-Etienne, en 1819 accélère le développement de la ville et de l'arrière pays qui, du café, s'est vite converti à la canne à sucre. Usines sucrières, distilleries, féculeries et mille autres petits métiers font vitre de la région un pays en développement perpétuel.

Une vocation qui perdure aujourd'hui. Le premier port est lancé en 1854. L'entre-deux, le Tampon puis Petite-Île rattachées à Saint-Pierre sont érigées en communes autonomes respectivement en 1882, 1925, 1931.

Le nouveau port de Saint-Pierre a été inauguré en novembre 2011.

Localisation sur la carte

  DOMAINE DU CAFÉ GRILLÉ
 10, allée des cèdres Pierrefonds - 97410 Saint-Pierre
02 62 24 15 40
  LA SAGA DU RHUM
 Chemin Frédeline - 97410 Saint-Pierre
02 62 35 81 90
  EXOTICA
 CD 26 Route de L'Entre-Deux Pierrefonds - 97410 Saint-Pierre
02 62 35 65 45
 Le Saint Pierre 
 51 avenue des indes
97410 Saint-Pierre
 Le battant des lames 
 117 boulevard Hubert Delisle
97410 Saint-Pierre
 Cap Sud 
 6, rue Caumont
97410 Saint-Pierre
 Hôtel Le Nathania -
 12, rue François de Mahy
97410 Saint-Pierre
 Alizé Plage 
 17 bis Bouvelard Hubert Delisle
97410 Saint-Pierre
 Domaine des pierres (Le) 
 60, CD 26. Route de l’Entre-Deux
97410 Saint-Pierre
 Villa Belle -
 45, rue Rodier
97410 Saint-Pierre
 Chez papa Daya -
 27 Rue du Four à Chaux
97410 Saint-Pierre
 Le Victoria Hotel 
 8, 10 allee des Lataniers - GRANDS-BOIS
97410 Saint-Pierre
 Résidence Phoenix Résidence
 88, bis Condé 400
97432 Saint-Pierre
 La villa Morgane Résidence
 334 rue de l amiral lacaze
97410 Saint-Pierre
 Hôtel Soleil Couchant 
 2 chemin de l'araucaria, mont vert les bas
97410 Saint-Pierre
 Lindsey Hôtel 
 21 b rue Isautier
97410 Saint-Pierre

L'annuaire des sociétés Réunionnaises | Survol de la Réunion en hélicoptère | Les hôtels | Hébergements saisonniers

Copyright © 2021 Web Altitude. All rights reserved.
Mentions légales | Politique de confidendialité

Conformément à la loi n° 2018-493 du 20 juin 2018, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici