Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Henri Éloi Danel - Gouverneur île de la Réunion

 Partager  Partager
<< Retour à la liste des gouverneurs

Henri Éloi Danel : Gourverneur de l'île

Gouverneur précédent : Anne Louis Edouard Manès Gouverneur suivant : Henri Roberdeau
Henri Éloi Danel
Du 11 juillet 1893 Au 21 juin 1895

Henri Éloi Danel est né le 23 septembre 1850 à Béthune, dans le Pas-de-Calais. Il est le fils d'un marchand de vins.

Il fait ses études à l'école navale en 1869 et en sort comme enseigne et lieutenant de vaisseau.

En 1870, Danel participe à l'expédition terrestre en Kabylie puis sert au Sénégal.

Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur en 1880 puis officier de la Légion d'Honneur en 1893.

Il quitte la marine avec le grade de lieutenant de vaisseau en 1885.

Il passe le concours d'Inspecteur des services administratifs et financiers de la marine et des colonies, et il est affecté au corps d'inspecteur des colonies en 1887.

En poste en Cochinchine, il se fait remarquer par sa lutte contre la corruption et le gaspillage de l'argent public. En 1889, il est nommé lieutenant gouverneur de Cochinchine, en remplacement de Richaud décédé.

Henri Éloi Danel, nommé gouverneur de la Réunion, arrive dans la colonie en pleine effervescence électorale, le 23 août 1893, avec son secrétaire Charles Palant.

Louis Brunet est sollicité pour être le candidat républicain de la première circonscription aux élections législatives du 20 août 1893. Il est élu au premier tour de scrutin avec 5 004 voix face à Édouard Le Roy, 3 143 voix, le député sortant. Pour la deuxième circonscription c'est François Césaire de Mahy avec 7 805 voix qui est élu, son adversaire Le Vigoureux obtient 5 215 voix.

Le nouveau gouverneur se fera surtout remarquer dans son combat contre les fonctionnaires et la fraude fiscale. La Réunion avait trop de fonctionnaires estimait-il.

Dans un discours le 4 juin 1895, lors de l'ouverture de séance de la session extraordinaire du Conseil général, il déclara :

" ... les diminutions d'effectifs pour respecter les droits acquis doivent se faire par voie d'extinction. Je ne vous cacherai pas que l'opération est plus difficile ici que dans n'importe quelle colonie puisque, jusqu'à notre arrêté du 3 mars 1894, on entrait dans l'administration sans condition d'aucune sorte ; on y entrait quelquefois à l'âge où on aurait dû en sortir... ".










Dans sa volonté de faire des économies le fonctionnaire n'est pas le seul visé. Danel va lutter contre la fraude fiscale et la réglementation qu'il estime inopérante sur la circulation des tabacs.

Pour la situation économique, crise sucrière, manque de main-d'œuvre, difficulté de crédit, le gouverneur estime que la solution doit venir de la France. Mais il souhaite quand même s'attaquer à la racine du mal, le sucre. Il propose un ultime recours au café et à la vanille pour sortir des dangers de la monoculture et l'abolition de la taxe sur des étrangers s'engageant à s'établir comme cultivateurs dans l'île.

1894, le gouverneur inaugure le nouveau pont à Haubans de la rivière de l'Est, la réalisation de ce pont prit 33 ans, de 1861 à 1894.

Le 11 décembre 1894, la France déclare la guerre à Madagascar. Le mardi 29 janvier 1895, à 17 heures, une grande réunion publique est organisée sur l'esplanade de l'hôtel de ville de Saint-Denis. Les organisateurs, Le Coq du Tertre, président du Conseil général, Georges Richard, le maire de Saint-Denis, et André Blay, président de la Chambre de Commerce. Ils invitent à la création d'un bataillon de Volontaires créoles dans le cadre du 2 e régiment de la 2 e brigade du corps expéditionnaire. Un corps expéditionnaire de 15 000 hommes est envoyé dans la Grande île sous les ordres des généraux Duchesne et Metzinger. Ils débarquent à Majunga le 6 mai 1895 et prennent Tananarive le 30 septembre. La Paix est signée le 1 er octobre 1895. Parmi ce corps expéditionnaire se trouve un bataillon de Volontaires créoles de La Réunion, 600 hommes enrôlés pour la conquête de Madagascar.

Le 21 juin 1895, c'est Henri Charles Roberdeau qui est gouverneur par intérim de La Réunion. Henri Éloi Danel part rejoindre son nouveau poste celui de gouverneur de la Guyane Française, poste qu'il occupe de 1896 à 1898.

Par la suite, il est inspecteur général des colonies, Henri Éloi Danel décède le 18 mars 1900 au cours d'une tournée à Diala (Région de Kayes), alors au Sénégal et aujourd'hui au Mali.


Gouverneur précédent : Anne Louis Edouard Manès Gouverneur suivant : Henri Roberdeau




Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture