Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Frédéric Estebbe - Gouverneur île de la Réunion

 Partager  Partager
<< Retour à la liste des gouverneurs

Frédéric Estebbe : Gourverneur de l'île

Gouverneur précédent : Pierre Louis Alfred Duprat Gouverneur suivant : Maurice Pierre Lapalud
Frédéric Estebbe
Du 27 juillet 1920 Au 5 septembre 1922

Frédéric Estèbe est né le 3 avril 1863 à Buenos Aires.

Il rentre en France en 1871.

Après ses études à l'Ecole Normale de Toulouse, il entame une carrière d'instituteur dans la même ville.

Par la suite Estèbe entre dans le corps des administrateurs et devient gouverneur en Afrique-Equatoriale Française et Afrique-Occidentale Française. Vice résident à Nosy-Ve à Madagascar en 1892, il fait admirer sa fermeté lors de la conquête de la grande île.

Le 27 juillet 1920 le nouveau gouverneur Frédéric Estèbe débarque au Port à La Réunion par le paquebot de la Compagnie des Messageries Maritimes Le Chili et arrive par train spécial à Saint-Denis.

Il remplace Victor Jean Brochard qui a effectué un intérim de plus d'an an à la tête de la colonie.

Estèbe devra faire face pendant son mandat à des problèmes importants pour l'avenir de La Réunion. Préoccupé du désenclavement de la colonie, il fera connaître sa déception sur la qualité de la desserte entre La Réunion et Marseille. Les conventions passées avec la Compagnie des Messageries maritimes dans le cadre de la loi du 28 juillet 1921 ont été modifiées par les transporteurs. La Réunion ne serait plus le terminus de la ligne de la Côte orientale d'Afrique, rôle ravi par Tamatave ou Port Louis, La Réunion étant desservie par une annexe de cette route. La liaison Réunion, Métropole passerait alors de 25 jours à 38 jours plus délais de mousson.

Frédéric Estèbe fera la différence entre les fonctionnaires métropolitains et les agents locaux. Les premiers toucheraient leur solde plus une majoration de 65 % alors que les cadres locaux bénéficieraient seulement d'une indemnité de vie chère remplacée bientôt par une indemnité de zone soit 600 F / an pour les 1 440 agents rétribués sur le budget local. Dans un discours au Conseil général en octobre 1920, Frédéric Estèbe aborde le problème de la surrémunération des fonctionnaires métropolitains. " quel est le fonctionnaire e La Réunion qui, de gaieté de cœur, consentirait à changer de colonie s'il n'avait en perspective des avantages plus considérables que ceux dont il jouit sur place ? N'est-il pas juste, dans ces conditions, qu'à égalité de grade, un fonctionnaire expatrié soit mieux rémunéré que son collègue servant dans son pays d'origine où il a des parents, des amis et souvent des intérêts personnels. "

L'île connaît pour la première fois une contribution nouvelle : l'impôt sur le revenu dont le produit pour l'année est estimé à 500 000 F.

En 1920, la grippe tue 7 800 personnes à La Réunion.

Estébe condamne les tribunaux " qui semble porté à appliquer avec trop de mansuétude les lois spéciales contre l'ivresse ". En 1919 / 1920 on a consommé 1 415 000 litres de rhum dans l'île.

Pour décourager la désertion scolaire, Estèbe propose le maintien ou la construction par les municipalités des cantines.

Estèbe va diversifier l'offre économique de l'île en développant le tourisme thermal dans les trois cirques : Mafate, Salazie et Cilaos.








Le gouverneur n'hésitera pas à créer à Cialos une section pénale, annexe de la maison d'arrêt de Saint-Pierre pour des travaux général : aménagement des routes et des sentiers.

Gouverneur titulaire de première classe, Frédéric Estèbe laisse sa place à Maurice Pierre Lapalud, nommé le 26 décembre 1922, qui arrive à La Réunion que le 22 août 1923. Du 5 septembre 1922 au 22 août 1923, c'est Henry Cléret de Langavant qui a assuré l'intérim de gouverneur à La Réunion.

Estèbe est mis à la retraite à partir du 1 er janvier 1923. Il sera promu gouverneur honoraire et commandeur de la Légion d'honneur.

1930, Frédéric Estèbe, gouverneur général honoraire des colonies est élu Président du Conseil de l'Ordre du Grand Orient.

1931, il est Commissaire de l'Exposition coloniale internationale organisée à la Porte Dorée à Paris, sur le site du bois de Vincennes. .

Il meurt le 18 avril 1936 à Montauban emporté par une hémorragie cérébrale.


Gouverneur précédent : Pierre Louis Alfred Duprat Gouverneur suivant : Maurice Pierre Lapalud




Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture