Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Anne Louis Edouard Manès - Gouverneur île de la Réunion

 Partager  Partager
<< Retour à la liste des gouverneurs

Anne Louis Edouard Manès : Gourverneur de l'île

Gouverneur précédent : Jean-Baptiste Antoine Lougnon Gouverneur suivant : Henri Éloi Danel
Anne Louis Edouard Manès
Du 22 août 1888 Au 7 mai 1891

Aimé Louis Édouard Manès est né à Saint-Denis de La Réunion, le 12 avril 1835.

Son père, Valentin Joseph Édouard Manès, a été conseiller privé, puis directeur de l'Intérieur à La Réunion, avant d'être nommé au même poste en Guadeloupe en 1860.

Son oncle paternel, Gaëtan Victor Gustave, a été maire de Saint-Denis avant d'être délégué de la colonie à Paris.

Plusieurs autres membres de sa famille ont occupé, ou occupent, d'importants et stratégiques mandats, tel son cousin par alliance Charles Dureau de Vaulcomte, grand propriétaire, conseiller municipal et général de Saint-Benoît, président du Conseil général en 1877, député en 1881.

Aimé Louis Édouard Manès contrairement à Claude Elie Dioré de Périgny et à Henri Hubert Delisle, qui ont quitté leur île natale jeunes, va bâtir l'essentiel de sa carrière à La Réunion.

Il commence en 1853, comme écrivain de Marine, et il gravit sans embûche les échelons de l'administration coloniale.

Édouard Manès se marie à Saint-Denis le 26 décembre 1854, avec Marie Lise Bédier, qui lui donne 3 enfants : Emilien en 1854 ; Edouard Marie en 1855 et Marie Joseph Gustave en 1871.

Contrôleur des contributions en 1858, sous-inspecteur en 1866, chef de bureau à la direction de l'Intérieur en 1870, Louis Édouard Manès prend la direction de l'Intérieur.






En 1886, c'est sa première nomination en dehors de son île natale, il est promu gouverneur des établissements français dans l'Inde.

Le 25 janvier 1888, Aimé Louis Édouard Manès est nommé gouverneur de La Réunion, il prend ses fonctions le 22 août 1888.

La Réunion connaîtra, sous son mandat, une période difficile : épidémie de 1891, trois cyclones en 1892, une succession de crises financières et surtout un grave conflit entre les autorités civiles et militaires.

Déjà Saint-Denis connut en 1889, un 14 juillet sanglant pour commémorer le Centenaire de la Révolution. Des soldats ivres auraient pris à partie des civils. Le journal "Le Créole" parle de "scènes d'orgies et de sang". Certains murmurent qu'un différend oppose les autorités civiles et militaires et que le Gouverneur Manès n'a pas assisté à la revue, car la troupe refuse de lui rendre les honneurs.

Le règlement de comptes se fera en public l'année suivante. Cette fois, le Gouverneur, entouré de toutes les autorités civiles, est présent, attend devant l'estrade élevée à l'hôtel de Ville, au carrefour de la rue de Paris et de la rue de la Compagnie. Le défilé militaire doit descendre la rue de Paris depuis la Place du jardin jusqu'à la Cathédrale. Les artilleurs défilent, puis les pompiers. La foule, informée, retient son souffle. Puis, personne. Les troupes, on entend au loin la musique militaire, ont regagné leurs casernes en modifiant l'itinéraire pour ne pas passer devant le Gouverneur. L'affront est public. Le Commandant militaire, M. de Cauvigny, fait remettre par un sous officier de rang subalterne, un billet lapidaire et laconique à Manès : " En vertu de l'article 351, du décret du 23 octobre 1883, les troupes placé sous mon commandement ne défileront pas ".

M. de Cauvigny refuse en fait de rendre au Gouverneur de la Réunion, des honneurs qu'il estime réservés à un chef d'État. Ce dernier réplique par un arrêté qui souligne que le Gouverneur "est le représentant du chef de l'État et a sous ses ordres tous les services de la Colonie, y compris le service militaire". Il suspend l'officier de ses fonctions et envoie une dépêche le 25 juillet au Sous Secrétaire d'État aux Colonies. Le ministre donnera raison au Commandant de Cauvigny et désavouera le Gouverneur.

La réunion est en crise sucrière, propriétaires et usiniers ne peuvent plus honorer leurs engagements, le Crédit Foncier Colonial expulse les grandes familles créoles, avec les expropriations, le C.F.C devient le second propriétaire de l’île avec six mille hectares cultivés. Nombre de chefs de famille ruinés gèrent, pour le compte du Crédit foncier et moyennant de modestes appointements, leurs anciennes propriétés. Le gouverneur lui même à une propriété saisie. La réunion s'enfonce dans la crise.

En 1893, le gouverneur Aimé Louis Édouard Manès est admis à faire valoir ses droits à la retraire. Le 23 août 1893, arrive à La Réunion son successeur, Henri Éloi Danel.

Aimé Louis Édouard Manès se retire sur sa propriété de Sainte-Suzanne et décède cinq ans plus tard, le 14 juillet 1898.


Gouverneur précédent : Jean-Baptiste Antoine Lougnon Gouverneur suivant : Henri Éloi Danel




Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture